FLASH INFOS }
dept. 53 : Schéma régional des structures : toujours plus... - dept. 53 : Interpellation G.Garot vendredi 11h00 ! - dept. 53 : L’ADEARM recrute ! - dept. 53 : Soirée projection débat sur la transmission le jeudi 3 octobre à Château-Gontier - dept. 53 : Planète en Fête : la conf parle de la PAC - dept. 53 : covoiturage Mayenne 11 mai NDDL - dept. 53 : l’ADEARM recrute ! - dept. 53 : En 2013 : Le Programme « Agriculture Paysanne » continue en Mayenne ! - dept. 53 : A l’heure du débat sur la transition énergétique, il est temps de reparler de l’éolien ! - dept. 53 : Bien dans sa ferme en Mayenne : "Transmettre pour installer" -
  • Indice des fermages 2017 : 106,28 (-3.02%) Indice des fermages 2017 : 106,28 (-3.02%)

    SMIC : Montants au 1er janvier 2017 (cas général) smic horaire brut 9.76€ smic brut mensuel (base 35h) 1 480,27 €

  • Les cafés installation à venir en Loire Atlantique Les cafés installation à venir en Loire Atlantique

    10/10/2017 : à confirmer 07/11/2017 : à Nantes

menu Actualités Syndicalesmenu Agriculture Paysannemenu Transmission Installationmenu Publicité Foncière
Accueil site > Flash Infos > APROCHIM : les paysans n’ont rien à faire sur le banc des accusés (...)

APROCHIM : les paysans n’ont rien à faire sur le banc des accusés !

jeudi 12 juillet 2012

APROCHIM a entamé des poursuites judiciaires à l’encontre du Conseiller général Claude Gourvil et de deux journalistes du Parisien qui ont été mis en examen pour diffamation. Dans le même temps, APROCHIM a adressé des courriers aux paysans impactés sous-entendant de nouvelles actions en justices en cas de médiatisation du scandale…

La Confédération paysanne dénonce l’attitude déplorable et honteuse de la direction d’APROCHIM : les élus, les journalistes et les paysans n’ont rien à faire sur le banc des accusés !

La Confédération paysanne, qui s’est constituée partie civile, demandera à la Justice qu’elle statue sur la responsabilité pénale d’APROCHIM en tenant compte des méthodes utilisées par chacune des parties.

Nous continuons de défendre les paysans impactés, leur situation n’est plus tenable ! L’État doit débloquer d’urgence une indemnité, dans l’attente d’une décision de justice.

La Confédération paysanne appelle à la solidarité entre tous les acteurs locaux : que vous soyez paysan, riverain, élu ou salarié de l’usine sous la menace de perdre votre emploi, vous devez résister aux manœuvres d’intimidation, de chantage et de division car aucun de vous n’est responsable de la pollution !

Communiqué de presse CP 53 du 9 juillet 2012

Site Internet financé avec le soutien du Conseil Régional des Pays de la Loire

Conseil Général des Pays de Loire
Confédération Paysanne des Pays de Loire