FLASH INFOS }
dept. 53 : Schéma régional des structures : toujours plus... - dept. 53 : Interpellation G.Garot vendredi 11h00 ! - dept. 53 : L’ADEARM recrute ! - dept. 53 : Soirée projection débat sur la transmission le jeudi 3 octobre à Château-Gontier - dept. 53 : Planète en Fête : la conf parle de la PAC - dept. 53 : covoiturage Mayenne 11 mai NDDL - dept. 53 : l’ADEARM recrute ! - dept. 53 : En 2013 : Le Programme « Agriculture Paysanne » continue en Mayenne ! - dept. 53 : A l’heure du débat sur la transition énergétique, il est temps de reparler de l’éolien ! - dept. 53 : Bien dans sa ferme en Mayenne : "Transmettre pour installer" -
  • Indice des fermages 2016 : baisse de 0.42 % Indice des fermages 2016 : baisse de 0.42 %

    SMIC : Montants au 1er janvier 2017 (cas général) smic horaire brut 9.76€ smic brut mensuel (base 35h) 1 480,27 €

  • Les cafés installation à venir en Loire Atlantique Les cafés installation à venir en Loire Atlantique

    13/06 Nantes

menu Actualités Syndicalesmenu Agriculture Paysannemenu Transmission Installationmenu Publicité Foncière
Accueil site > Flash Infos > DOUX : note salée pour les salariés et les producteurs !!!

DOUX : note salée pour les salariés et les producteurs !!!

mardi 12 juin 2012

Les défenseurs d’une agriculture française à vocation exportatrice voyaient dans le groupe DOUX un symbole de réussite. Sa faillite est annoncée mais ceux qui ont mené cette politique et profité de l’argent public ne vont pas payer la note, ils laisseront aux salariés et aux paysans le soin de le faire pour eux.

La compétitivité sert de justification permanente à toutes les restructurations. Le triste exemple du groupe DOUX nous prouve que regrouper pour faire toujours plus gros n’évite pas les catastrophes, et quand elles arrivent, leur ampleur est d’autant plus grande.

Dans leur immense majorité, les paysans sont des victimes de ce modèle de développement qui tire les prix vers le bas et qui leur est « vendu » comme l’unique solution d’avenir.

Chez DOUX, les paysans sont invités à signer un contrat voisin de celui d’un métayer. On leur livre ensuite un outil de production « clé en main » et l’industriel décide pour eux des fournisseurs et les paye directement. L’éleveur reste responsable mais il est dépouillé de toute marge d’autonomie, il est intégré à l’entreprise et en cas de naufrage, le risque qu’il sombre avec est très grand.

Dans tous les cas et comme dans un passé récent, la Confédération paysanne sera aux cotés des producteurs pour défendre et faire respecter les contrats qui les lient à l’entreprise.

La Confédération paysanne soutient les politiques visant à relocaliser la production et la consommation. Les sites d’abattage locaux tel que celui de LAVAL ont vocation à être maintenus et modernisés. Les paysans doivent se donner les moyens de leur autonomie pour passer les crises et conserver leur liberté d’agir.

Communiqué de presse cp 53 du 12 juin 2012

Site Internet financé avec le soutien du Conseil Régional des Pays de la Loire

Conseil Général des Pays de Loire
Confédération Paysanne des Pays de Loire