FLASH INFOS }
dept. 53 : Schéma régional des structures : toujours plus... - dept. 53 : Interpellation G.Garot vendredi 11h00 ! - dept. 53 : L’ADEARM recrute ! - dept. 53 : Soirée projection débat sur la transmission le jeudi 3 octobre à Château-Gontier - dept. 53 : Planète en Fête : la conf parle de la PAC - dept. 53 : covoiturage Mayenne 11 mai NDDL - dept. 53 : l’ADEARM recrute ! - dept. 53 : En 2013 : Le Programme « Agriculture Paysanne » continue en Mayenne ! - dept. 53 : A l’heure du débat sur la transition énergétique, il est temps de reparler de l’éolien ! - dept. 53 : Bien dans sa ferme en Mayenne : "Transmettre pour installer" -
  • Indice des fermages 2017 : 106,28 (-3.02%) Indice des fermages 2017 : 106,28 (-3.02%)

    SMIC : Montants au 1er janvier 2017 (cas général) smic horaire brut 9.76€ smic brut mensuel (base 35h) 1 480,27 €

  • Les cafés installation à venir en Loire Atlantique Les cafés installation à venir en Loire Atlantique

    10/10/2017 : à confirmer 07/11/2017 : à Nantes

menu Actualités Syndicalesmenu Agriculture Paysannemenu Transmission Installationmenu Publicité Foncière
Accueil site > Flash Infos > AG conf région : cap sur l’installation !

AG conf région : cap sur l’installation !

vendredi 9 juillet 2010, par animation53

Le 3 juin dernier, la Confédération Paysanne Régionale et dans le même temps l’ARDEAR (organisme de formation à disposition de la Conf’) tenaient leur assemblée générale annuelle à Pannecé en Loire-Atlantique près d’Ancenis.

Dans un premier temps l’ARDEAR a abordé la mise à jour du répertoire de l’Agriculture Paysanne, activité principale de l’année écoulée. L’objectif souhaité est de 43 fermes auditées reparties sur la région et représentatives des productions. Chaque département sera naturellement sollicité pour contribuer à la réalisation de cette base de données.

Les activités 2009 n’ont pas manqué avec la coordination des actions syndicales liées à une année agricole très délicate, la communication interne-externe et le positionnement politique. Evènement aussi pour une structure telle que la nôtre, la création d’un site internet pour lequel le lancement officiel se faisait ce jour. Une discussion s’est installée et a fait le tour de la salle sur les relations que nous devons ou pouvons entretenir avec les organismes techniques normalement acquis à notre cause tels que les CIVAM, GAB, AFOC…, afin d’essayer de porter un projet politique commun et de mutualiser nos forces surtout pour développer et accompagner l’installation selon nos valeurs. Après une rencontre au niveau régional entre ces structures chaque département a été invité à faire de même et à rapporter ce qui semble faisable en commun. A suivre…

L’après-midi portait sur l’accompagnement à l’installation avec le témoignage de deux jeunes installés et un cédant. Au niveau national même pas 50% des nouveaux installés sont aidés, preuve s’il en manquait que le modèle d’installation imposé par les « majoritaires » ne convient pas contrairement à ce qu’ils veulent faire entendre.

Ces cas concrets mettent en évidence la volonté du syndicat majoritaire d’emmener tout le monde dans leur modèle agricole. Les organismes officiels de transmissions et d’installations (ADASEA ou Chambre d’Agri selon les départements) ne font pas leur travail. S’ils jugent qu’une exploitation de cédant n’est pas viable selon eux, elle sera gardée pour l’agrandissement. Et de l’autre côté quand les porteurs de projets s’inscrivent pour rechercher une structure, soit on leur propose des exploitations souvent en manque de main d’œuvre qui veulent un nouvel associé (de plus en plus fréquents) ou des outils importants trop onéreux à reprendre.

Il est clair qu’une personne ne cherchant que quelques hectares pour s’installer aura peu de chance d’avoir des propositions de la part de ces organismes, préférant faire du clientélisme et laisser un siège d’exploitation se disloquer pour agrandir les « copains ».

Un des jeunes en a déduit qu’il allait falloir diviser les grosses structures ou GAEC pour refaire des installations individuelles puisque les porteurs de projet ne trouvent pas ce qu’ils souhaitent ou que les montants de reprise sont inaccessibles.

A travers cette après-midi, la Conf’ peut toujours affirmer que son projet politique tient la route et qu’elle continuera à mettre tout en œuvre tel le développement de son site internet pour des paysans le plus nombreux possibles.

Raphaël Bellanger

réagir

Site Internet financé avec le soutien du Conseil Régional des Pays de la Loire

Conseil Général des Pays de Loire
Confédération Paysanne des Pays de Loire