FLASH INFOS }
dept. 53 : Schéma régional des structures : toujours plus... - dept. 53 : Interpellation G.Garot vendredi 11h00 ! - dept. 53 : L’ADEARM recrute ! - dept. 53 : Soirée projection débat sur la transmission le jeudi 3 octobre à Château-Gontier - dept. 53 : Planète en Fête : la conf parle de la PAC - dept. 53 : covoiturage Mayenne 11 mai NDDL - dept. 53 : l’ADEARM recrute ! - dept. 53 : En 2013 : Le Programme « Agriculture Paysanne » continue en Mayenne ! - dept. 53 : A l’heure du débat sur la transition énergétique, il est temps de reparler de l’éolien ! - dept. 53 : Bien dans sa ferme en Mayenne : "Transmettre pour installer" -
  • Indice des fermages 2017 : 106,28 (-3.02%) Indice des fermages 2017 : 106,28 (-3.02%)

    SMIC : Montants au 1er janvier 2017 (cas général) smic horaire brut 9.76€ smic brut mensuel (base 35h) 1 480,27 €

  • Les cafés installation à venir en Loire Atlantique Les cafés installation à venir en Loire Atlantique

    10/10/2017 : à confirmer 07/11/2017 : à Nantes

menu Actualités Syndicalesmenu Agriculture Paysannemenu Transmission Installationmenu Publicité Foncière
Accueil site > Actualités syndicales > Alerte : Paysans et territoires en danger

Alerte : Paysans et territoires en danger

lundi 20 septembre 2010

Les crises perdurent pour l’ensemble des grandes productions d’élevages. Elles résultent du démantèlement progressif de la politique agricole commune, accompagnées par des politiques nationales de restructuration des exploitations agricoles sous l’égide de la FNSEA qui contrôle l’ensemble des filières, groupements, organisations agricoles techniques et économique.

La grande majorité des agriculteurs ont toujours fait confiance à ceux qui accompagnent et encadrent l’installation et le développement des fermes. Les revenus sont en bernes, les trésoreries sont dans le rouge, les paysans sont donc dans une impasse.

Même si rien n’excuse les saccages, que je désapprouve, des stands du CNIEL et de la FNSEA, la colère est au niveau du désarroi des paysans. Les pouvoirs publics n’ont pas pris la mesure de la situation réelle des paysans et des risques engagés pour nos territoires ruraux.

Trop longtemps la FNSEA et ses filiales dans le cadre de la cogestion avec les politiques ont prônés la restructuration, l’investissement, l’endettement, la diversification avec l’agrandissement sans limite, la course aux subventions, des plans d’aides comme des solutions pour sortir des crises et faire du revenu.

Après s’être fait endormir, bernés, les paysans se sentent trompés, trahis et forcément les réactions se font violentes.

L’hégémonie de la FNSEA dans les instances de décisions n’est plus possible, elle ne permet plus le rapport de force nécessaire dans les discutions interprofessionnelles, trop entrain à défendre ses organisations et l’industrie agroalimentaire plutôt que le revenu des paysans.

Le rôle du politique et en l’occurrence du ministre de l’agriculture est de faire respecter les principes de la démocratie. Les résultats aux élections chambres d’agricultures sont les bases pour faire respecter la représentativité.

Les interprofessions sont des lieux de débats, d’échanges, et de concertations pour que chacun dans les filières puisse récupérer sa part de valeur ajoutée. Elles sont financées entre autre par des cotisations volontaires qui sont devenues obligatoires pour chaque producteur.

Notre action au CNIEL s’inscrit dans notre volonté de faire respecter la démocratie et aussi de porter des idées nouvelles, alternatives pour un revenu décent durable.

Nous sommes tous cotisants, donc nous devons être tous représentés pour être tous défendus.

Pierre MESSAGER - Porte Parole de la confédération paysanne des Pays de la Loire

Site Internet financé avec le soutien du Conseil Régional des Pays de la Loire

Conseil Général des Pays de Loire
Confédération Paysanne des Pays de Loire