FLASH INFOS }
dept. 53 : Schéma régional des structures : toujours plus... - dept. 53 : Interpellation G.Garot vendredi 11h00 ! - dept. 53 : L’ADEARM recrute ! - dept. 53 : Soirée projection débat sur la transmission le jeudi 3 octobre à Château-Gontier - dept. 53 : Planète en Fête : la conf parle de la PAC - dept. 53 : covoiturage Mayenne 11 mai NDDL - dept. 53 : l’ADEARM recrute ! - dept. 53 : En 2013 : Le Programme « Agriculture Paysanne » continue en Mayenne ! - dept. 53 : A l’heure du débat sur la transition énergétique, il est temps de reparler de l’éolien ! - dept. 53 : Bien dans sa ferme en Mayenne : "Transmettre pour installer" -
  • Indice des fermages 2017 : 106,28 (-3.02%) Indice des fermages 2017 : 106,28 (-3.02%)

    SMIC : Montants au 1er janvier 2017 (cas général) smic horaire brut 9.76€ smic brut mensuel (base 35h) 1 480,27 €

  • Les cafés installation à venir Les cafés installation à venir

    14/11/17 : Nantes (44) 16/11/17 : Abbaretz (44) 27/11/17 : La Roche sur Yon (85) 5/12/17 : Frossay (44)

menu Actualités Syndicalesmenu Agriculture Paysannemenu Transmission Installationmenu Publicité Foncière
Accueil site > Publicité foncière > Mayenne > Halte à l’accaparement des terres en Mayenne !

Halte à l’accaparement des terres en Mayenne !

mercredi 3 octobre 2012, par animation53

Ce 2 octobre au matin, l’ordre avait été donné de fermer les grilles pour empêcher la conf de faire sa conférence de presse dans le hall de la DDT. Qu’à cela ne tienne ! Toute l’histoire de la conf est jalonnée de portes closes ! Depuis 30 ans la ténacité des militants a toujours fini par les ouvrir. Pas d’embarras donc, ce qu’il y avait à dire sur l’accaparement des terres en Mayenne a été dit. Résumé en textes, images et vidéos.

Sous le problème de la mauvaise répartition du foncier, c’est le nombre d’emploi du secteur qui se joue. La Mayenne a perdu 1400 exploitants en 10 ans ! Pour limiter cette fuite en avant, le contrôle des structures doit jouer son rôle, les terres ne doivent pas aller agrandir toujours les mêmes exploitations. L’administration a sa part de responsabilité dans cette course au foncier car c’est elle qui est garante du respect des règles :

Nos représentants qui siègent dans les CDOA sont témoins des choix de la majorité au pouvoir et que la conf ne cautionnera pas. Dans les médias la FDSEA crie « au feu ! » alors que c’est elle qui entretient l’incendie. Ils mettent en place des règles qui protègent une minorité de gros toujours plus puissants mais ils n’assument pas les effets dévastateurs de leur politique sur le plus grand nombre.

Un exemple simple : Lorsqu’au sein d’une société un associé se retire pour cause de retraite, les moyens de production dont dispose la société ne font l’objet d’aucun prélèvement de quota ou de primes vaches allaitantes. La masse des volumes de production par associé augmente donc considérablement.

Les volumes de production qui se concentrent sur les mêmes n’abondent pas la réserve destinée à répondre aux demandes des exploitants qui ont réellement besoin d’être confortées… Il disent qu’ils veulent sauver l’élevage mais ils facilitent la disparition des éleveurs.

nous demandons :
  • à la DDT d’exercer pleinement sa représentation du Ministère de l’agriculture et de la politique agricole,
  • qu’un maximum de transfert de terres soit soumis à Demande d’Autorisation d’Exploiter pour enclencher une publicité foncière et un passage en CDOA que le prélèvement de droit à produire lors d’un retrait d’associé soit remis en place,
  • que les montages de sociétés soient plus transparents pour qu’ils ne favorisent pas la concentration comme c’est le cas actuellement,
  • que le Schéma Départemental Des Structures (SDDS) soit révisé pour éviter de fausses installations et permettre aux « sans aides » d’accéder à l’installation,
  • que la SAFER utilise les moyens dont elle dispose pour jouer son rôle d’application de politique agricole et départementale : priorité à l’installation, structuration et maîtrise de la spéculation foncière.

"Il faut tout de suite conforter les exploitations qui en ont le plus besoin, c’est une priorité pour les exploitants actuellement en activité et pour les jeunes qui voudront s’installer après eux."

Voilà entre autre ce qui a été dit aux hauts fonctionnaires lorsque les grilles de la DDT se sont enfin ouvertes et que la délégation de la conf été reçue. "l’écoute à été bonne" à déclaré Vincent Guillet à l’issue de la rencontre.



Site Internet financé avec le soutien du Conseil Régional des Pays de la Loire

Conseil Général des Pays de Loire
Confédération Paysanne des Pays de Loire