FLASH INFOS }
dept. 53 : Schéma régional des structures : toujours plus... - dept. 53 : Interpellation G.Garot vendredi 11h00 ! - dept. 53 : L’ADEARM recrute ! - dept. 53 : Soirée projection débat sur la transmission le jeudi 3 octobre à Château-Gontier - dept. 53 : Planète en Fête : la conf parle de la PAC - dept. 53 : covoiturage Mayenne 11 mai NDDL - dept. 53 : l’ADEARM recrute ! - dept. 53 : En 2013 : Le Programme « Agriculture Paysanne » continue en Mayenne ! - dept. 53 : A l’heure du débat sur la transition énergétique, il est temps de reparler de l’éolien ! - dept. 53 : Bien dans sa ferme en Mayenne : "Transmettre pour installer" -
  • Indice des fermages 2017 : 106,28 (-3.02%) Indice des fermages 2017 : 106,28 (-3.02%)

    SMIC : Montants au 1er janvier 2017 (cas général) smic horaire brut 9.76€ smic brut mensuel (base 35h) 1 480,27 €

  • Les cafés installation à venir en Loire Atlantique Les cafés installation à venir en Loire Atlantique

    14/11/2017 : Nantes 16/11/2017 : Abbaretz 5/12/2017 : Secteur du Pays de Retz

menu Actualités Syndicalesmenu Agriculture Paysannemenu Transmission Installationmenu Publicité Foncière
Accueil site > Flash Infos > La confusion de la vache et du cheval ou les dérives de l’agro-alimentaire

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

La confusion de la vache et du cheval ou les dérives de l’agro-alimentaire

15 février 2013

vendredi 15 février 2013, par Confédération Paysanne de Vendée

Les paysans vont-ils une fois de plus devoir payer les dérives de l’industrie agro-alimentaire ? La crise de la vache folle n’aura donc pas servi de leçon : la recherche de minerais à bas prix par nos industriels continue. La tentation est trop grande d’incorporer dans les produits transformés déchets, graisses, viandes à bas prix venant d’Asie, d’Amérique du sud ou d’Europe de l’est. Qu’en est-il des « fleurons » de nos industries agro-alimentaires vendéennes ? Peuvent-ils garantir qu’ils ne s’approvisionnent pas en viande low-cost provenant d’on ne sait où via des intermédiaires douteux ?

Aux paysans les contraintes, le travail supplémentaire non rémunéré et les tracasseries ! Aux industriels les bénéfices du business opaque et mondialisé !

Cette confusion entre de la vache et du cheval démontre que la traçabilité et l’hygiénisme de type industriels mis en place par l’Union Européenne doivent être revus. La Confédération Paysanne de Vendée demande une modification des normes qui doivent être adaptées aux productions fermières et aux différents circuits de vente.

La Confédération paysanne de Vendée réaffirme que plus on éloigne les producteurs des consommateurs, plus on augmente les risques. Une autre approche de l’agriculture basée sur la qualité et la relocalisation de la production est une nécessité. Nos collectivités doivent s’engager plus durablement avec les producteurs locaux et les filières de qualité (bio, durable). Le consommateur et l’économie locale ont tout à y gagner.

Contacts presse : Christian Drouin : 06 11 62 06 00

Site Internet financé avec le soutien du Conseil Régional des Pays de la Loire

Conseil Général des Pays de Loire
Confédération Paysanne des Pays de Loire