FLASH INFOS }
dept. 53 : Schéma régional des structures : toujours plus... - dept. 53 : Interpellation G.Garot vendredi 11h00 ! - dept. 53 : L’ADEARM recrute ! - dept. 53 : Soirée projection débat sur la transmission le jeudi 3 octobre à Château-Gontier - dept. 53 : Planète en Fête : la conf parle de la PAC - dept. 53 : covoiturage Mayenne 11 mai NDDL - dept. 53 : l’ADEARM recrute ! - dept. 53 : En 2013 : Le Programme « Agriculture Paysanne » continue en Mayenne ! - dept. 53 : A l’heure du débat sur la transition énergétique, il est temps de reparler de l’éolien ! - dept. 53 : Bien dans sa ferme en Mayenne : "Transmettre pour installer" -
  • Indice des fermages 2016 : baisse de 0.42 % Indice des fermages 2016 : baisse de 0.42 %

    SMIC : Montants au 1er janvier 2017 (cas général) smic horaire brut 9.76€ smic brut mensuel (base 35h) 1 480,27 €

  • Les cafés installation à venir en Loire Atlantique Les cafés installation à venir en Loire Atlantique

    13/06 Nantes

menu Actualités Syndicalesmenu Agriculture Paysannemenu Transmission Installationmenu Publicité Foncière
Accueil site > Flash Infos > Lettre ouverte aux éleveurs de la CIAB : la baisse des marges serait (...)

Lettre ouverte aux éleveurs de la CIAB : la baisse des marges serait inacceptable !

vendredi 14 septembre 2012, par Confédération Paysanne de Vendée

La Roche sur Yon le 14 Septembre 2012

Aux éleveurs de volaille de la CIAB

Objet : La CIAB envisage une baisse des marges inacceptable

La coopérative Vendéenne CIAB dans un courrier en date du 7 Septembre vous a informé de son intention de baisser les prix de reprise des volailles dans un proche avenir.

PDF - 670.5 ko
Courrier de la CIAB du 7 Septembre 2012
Patrick Bouron président de la CIAB explique que la coop pourrait être amenée à réviser les conditions de prix de reprise des volailles.

Rappelons-nous que la CIAB fut dans les années 70 précurseur d’une marge minimum garantie à ses éleveurs ainsi que d’un prix de reprise des volailles indexés sur le prix de l’aliment et de l’énergie (gaz).

Cette méthode de calcul a permis à l’éleveur d’avoir une réelle visibilité sur ses revenus futurs. Les résultats techniques faisant ensuite la différence entre éleveurs.

Ce système a ensuite été copié par d’autres coopératives avicoles et servait de référence.

Le conseil d’administration de la CIAB la semaine dernière a ouvert une brèche dans cette relation de confiance et de partenariat entre les éleveurs, leurs coopératives et LDC. Dans le cas où les aviculteurs verraient leur revenu amputé de 2 à 4 Euros par m2 c’est la viabilité économique des ateliers volailles qui seraient remise en cause.

Les aviculteurs de la CIAB ont depuis des années toujours su améliorer leurs performances techniques fournissant à l’abattoir une qualité de volaille reconnue. Avec l’arrivée du groupe LDC les éleveurs pour des raisons de compétitivité du groupe ont du très souvent augmenter leur densité en élevage et produire de surcroit des coquelets très mal rémunérés.

LDC affiche de son côté une santé financière, nous nous en réjouissons, la CIAB a un trésor de guerre et ses résultats en 2011 étaient honorables. Dans ces conditions, il ne serait pas acceptable que de nouveaux efforts soient demandés aux éleveurs qui ont besoin de leur revenu pour vivre. Les grandes surfaces contre lesquelles la CIAB et d’autres appellent à manifester ne sont pas les seules responsables de la crise de l’élevage. La hausse des coûts des matières premières résulte essentiellement de la spéculation, de l’absence de régulation des marchés financiers, de la concurrence des agro-carburants, d’incidents climatiques et d’une demande en forte hausse. A l’évidence le marché des matières premières est durablement haussier.

Parmi les réponses à cette hausse des matières premières nous pensons que les mesures prioritaires sont un rééquilibrage des aides céréaliers-éleveurs au profit de ces derniers et un arrêt des agro-carburants. Pourtant il n’en est fait aucunement allusion dans le courrier de la CIAB ! L’ensemble de l’élevage souffre durement pendant que céréaliers bénéficient de prix très rémunérateurs et de DPU inappropriées dans le contexte de l’année 2012. Nous appelons l’ensemble des éleveurs de la CIAB à refuser cette baisse de prix. Nous rentrerons sinon dans un engrenage sans fin, sans nouvelles installations et avec le risque d’un fort déclin de la production de volaille dans notre région.

Le conseil d’administration de la CIAB doit s’expliquer rapidement en assemblée générale extraordinaire avant de prendre une décision qui serait très lourde de conséquence. Les cours durablement élevés des matières premières dans le futur doivent amener la CIAB à rechercher d’autres solutions que la baisse des prix de reprise de la volaille. Baisse qui une fois actée perdurera dans le temps.

Nous espérons encore que l’élevage à un avenir dans nos régions. La CIAB doit donner aux éleveurs de volaille une raison d’y croire, sinon beaucoup se tourneront vers les grandes cultures s’ils le peuvent.

Christian DROUIN, secrétaire départemental Didier Boursier, secrétaire départemental

Confédération Paysanne de Vendée.

16 Bd Louis Blanc – Bourse du travail – 85 000 La Roche Sur Yon Tél-Fax : 02 51 37 64 73 – e-mail. Conf.paysanne.85@wanadoo

Site Internet financé avec le soutien du Conseil Régional des Pays de la Loire

Conseil Général des Pays de Loire
Confédération Paysanne des Pays de Loire