FLASH INFOS }
dept. 53 : Schéma régional des structures : toujours plus... - dept. 53 : Interpellation G.Garot vendredi 11h00 ! - dept. 53 : L’ADEARM recrute ! - dept. 53 : Soirée projection débat sur la transmission le jeudi 3 octobre à Château-Gontier - dept. 53 : Planète en Fête : la conf parle de la PAC - dept. 53 : covoiturage Mayenne 11 mai NDDL - dept. 53 : l’ADEARM recrute ! - dept. 53 : En 2013 : Le Programme « Agriculture Paysanne » continue en Mayenne ! - dept. 53 : A l’heure du débat sur la transition énergétique, il est temps de reparler de l’éolien ! - dept. 53 : Bien dans sa ferme en Mayenne : "Transmettre pour installer" -
  • Indice des fermages 2016 : baisse de 0.42 % Indice des fermages 2016 : baisse de 0.42 %

    SMIC : Montants au 1er janvier 2017 (cas général) smic horaire brut 9.76€ smic brut mensuel (base 35h) 1 480,27 €

  • Les cafés installation à venir en Loire Atlantique Les cafés installation à venir en Loire Atlantique

    13/06 Nantes

menu Actualités Syndicalesmenu Agriculture Paysannemenu Transmission Installationmenu Publicité Foncière
Accueil site > Flash Infos > OGM : les dangers d’un système

OGM : les dangers d’un système

Communiqué - 17 oct 2012

mercredi 17 octobre 2012, par Confédération Paysanne de Vendée

La publication de l’étude scientifique conduite par le professeur Seralini révèle les dangers des OGM et remet en cause leur innocuité sur la santé. A cette occasion la Confédération Paysanne de Vendée réaffirme la nécessité de réformer les agences de sécurité sanitaires nationales et Européennes (EFSA, ANSES) pour assurer leur indépendance afin de préserver la sécurité alimentaire des consommateurs.

Aussi, depuis longtemps la Confédération Paysanne de Vendée dénonce le danger pour les paysans des cultures OGM qui accentuent leur dépendance vis-à-vis des firmes multinationales en rendant obligatoire et couteux l’achat des semences GM et des désherbants nécessaires à leur culture.

Cette étude actualise la nécessité et l’urgence de mettre en place une nouvelle politique d’autonomie protéique, à travers un « Plan protéines » ambitieux à l’échelle européenne.

Aujourd’hui les aliments pour nourrir les animaux sans OGM coutent plus cher à l’achat que ceux avec OGM. La Confédération paysanne exige le soutien par des politiques publiques des modes de production autonome et sans OGM, ainsi que l’étiquetage des aliments contenants des OGM.

Il n’est pas normal que les filières animales vendéennes de qualité (label rouge) n’utilisent pas de produits sans OGM.

Site Internet financé avec le soutien du Conseil Régional des Pays de la Loire

Conseil Général des Pays de Loire
Confédération Paysanne des Pays de Loire