FLASH INFOS }
dept. 53 : Schéma régional des structures : toujours plus... - dept. 53 : Interpellation G.Garot vendredi 11h00 ! - dept. 53 : AG ADEARM : le jeudi 22 mai - dept. 53 : L’ADEARM recrute ! - dept. 53 : Soirée projection débat sur la transmission le jeudi 3 octobre à Château-Gontier - dept. 53 : Planète en Fête : la conf parle de la PAC - dept. 53 : covoiturage Mayenne 11 mai NDDL - dept. 53 : l’ADEARM recrute ! - dept. 53 : En 2013 : Le Programme « Agriculture Paysanne » continue en Mayenne ! - dept. 53 : A l’heure du débat sur la transition énergétique, il est temps de reparler de l’éolien ! -
  • Indice des fermages 2016 : baisse de 0.42 % Indice des fermages 2016 : baisse de 0.42 %
  • Les cafés installation à venir en Loire Atlantique Les cafés installation à venir en Loire Atlantique

    04/04 Guérande 11/04 Nantes 09/05 Châteaubriant

menu Actualités Syndicalesmenu Agriculture Paysannemenu Transmission Installationmenu Publicité Foncière
Accueil site > Communiquer > Qui sommes-nous ?

Qui sommes-nous ?

mercredi 9 décembre 2009, par Confédération Paysanne des Pays de la Loire

Structure et représentativité de la Confédération paysanne

Un syndicat pour une agriculture paysanne et la défense de ses travailleurs

La Confédération paysanne est un syndicat paysan, né en 1987, devenu et reconnu depuis comme une composante essentielle et incontournable du syndicalisme français.

Depuis sa création, la « Conf’ » défend un modèle de développement agricole qui favorise : le maintien de paysans nombreux, des prix agricoles rémunérateurs du travail paysan, la maîtrise des volumes mis en production, des productions de qualité, l’égalité entre régions françaises, européennes et mondiales. Par les valeurs qu’elle défend, la « Conf’ » remet en question le modèle de développement agricole productiviste des 50 dernières années.

Ses adhérents sont tous paysannes ou paysans, en activité ou retraités, mais la Conf’ porte un message non corporatiste considérant que : l’agriculture et l’alimentation sont d’abord l’affaire de tous. Elle inscrit son projet dans une action plus vaste à l’échelle de la société, c’est pourquoi elle est un des acteurs et animateurs du mouvement social français et international.

Au niveau départemental

La représentativité au niveau départemental est exercée par les structures qui répondent aux critères d’ancienneté (au moins 5 ans d’existence et d’activité) et électoraux (au moins 15 % des voix aux élections professionnelles). Parmi les instances où siège ainsi la Confédération, la Commission départementale d’orientation agricole (CDOA) définit la politique agricole du département, l’affectation des droits économiques et autres affectations individuelles aux paysans. Généralement minoritaire dans toutes ces instances, la Conf’ y défend prioritairement les petits paysans et porte la voix de l’agriculture paysanne, alternative au modèle productiviste cogéré par la FNSEA, les Jeunes Agriculteurs et les pouvoirs publics.

La confédération paysanne, 20 ans d’histoire !

Depuis 20 ans la Confédération paysanne se bat pour offrir un autre avenir !

Lors des assises paysannes, organisées conjointement par la FNSP (Fédération nationale des syndicats paysans) et la CNSTP (Confédération nationale des syndicats de travailleurs paysans), les centaines de délégués, réunis dans la région parisienne, le 17 et 18 avril 1987, se sont clairement prononcés pour une nouvelle politique agricole, s’appuyant sur la promotion d’une agriculture paysanne à savoir : liée au sol, respectueuse de l’environnement pour une production de qualité et la rémunération du travail paysan.

A l’issue de ces débats, les délégués manifestèrent la nécessité de construire une organisation syndicale forte pour défendre le projet : la Confédération paysanne était née ! Afin de préciser les contours de son combat, elle intègre à sa raison sociale, le but de son existence : « Pour une agriculture paysanne et la défense de ses travailleurs ». Au-delà de son acte de naissance administrative, l’avènement de ce que deviendra familièrement la « Conf‘ », signifie un aboutissement d’une multitude de luttes inscrites dans des contextes politiques et économiques antérieurs.

Il aura donc fallu plus d’une génération pour que l’expression de cette approche novatrice de l’agriculture s’impose aux pouvoirs publics et acquiert une très légitime reconnaissance populaire en vulgarisant sa signification. Depuis, les analyses de la « Conf’ », crédibilisées par une actualité riche en dysfonctionnements environnementaux (pollution des eaux et de la terre), sanitaires (viande aux hormones, vache folle), économiques et sociaux (OGM, OMC), ont fini par franchir les frontières agricoles et rurales pour interpeller toute les composantes de la société. Cette audience gagnée confirme la pertinence et la justesse des combats menés par la Confédération paysanne. Des combats conduits désormais au niveau mondial grâce à la création, en 1993, de la Via Campesina (l’Internationale paysanne à laquelle la « Conf’ » apporte sa pierre fondatrice). Il en sera de même pour la naissance d’ATTAC.

Son projet : Agir pour une agriculture durable et solidaire.

Pour cela, la Confédération paysanne assigne à l’agriculture au moins trois fonctions :

  • Produire : une alimentation saine et de qualité pour tous.
  • Employer : par l’installation et le maintien de paysan(ne)s nombreux ; par l’amélioration des conditions de travail, en luttant contre l’exode rural et pour des campagnes vivantes ; en défendant notamment les petites fermes.
  • Préserver : en excluant des méthodes de production dangereuses et notamment de leurs effets et impacts directs et / ou indirects (nitrates, pesticides, antibiotiques, hormones, OGM…) ; en entretenant et en préservant pour les générations futures les ressources naturelles et les paysages et terroirs, la biodiversité et les savoir-faire paysans.

Les membres du secrétariat régional

  • Patrick BARON, paysan en Loire-Atlantique, co porte-parole
  • Mathieu COURGEAU, paysan en Vendée, co porte-parole
  • Pierre MESSAGER, paysan en Mayenne, secrétaire général
  • Jean-Luc COULON, paysan dans la Sarthe,
  • Julien GUINAUDEAU, paysan dans le Maine et Loire.

Site Internet financé avec le soutien du Conseil Régional des Pays de la Loire

Conseil Général des Pays de Loire
Confédération Paysanne des Pays de Loire