FLASH INFOS }
dept. 53 : Schéma régional des structures : toujours plus... - dept. 53 : Interpellation G.Garot vendredi 11h00 ! - dept. 53 : L’ADEARM recrute ! - dept. 53 : Soirée projection débat sur la transmission le jeudi 3 octobre à Château-Gontier - dept. 53 : Planète en Fête : la conf parle de la PAC - dept. 53 : covoiturage Mayenne 11 mai NDDL - dept. 53 : l’ADEARM recrute ! - dept. 53 : En 2013 : Le Programme « Agriculture Paysanne » continue en Mayenne ! - dept. 53 : A l’heure du débat sur la transition énergétique, il est temps de reparler de l’éolien ! - dept. 53 : Bien dans sa ferme en Mayenne : "Transmettre pour installer" -
  • Indice des fermages 2016 : baisse de 0.42 % Indice des fermages 2016 : baisse de 0.42 %

    SMIC : Montants au 1er janvier 2017 (cas général) smic horaire brut 9.76€ smic brut mensuel (base 35h) 1 480,27 €

  • Les cafés installation à venir en Loire Atlantique Les cafés installation à venir en Loire Atlantique

    12/09 Nantes

menu Actualités Syndicalesmenu Agriculture Paysannemenu Transmission Installationmenu Publicité Foncière
Accueil site > Actualités syndicales > Sauvons l’élevage : l’arbre qui cache la forêt

Sauvons l’élevage : l’arbre qui cache la forêt

Communiqué envoyé à la presse par la Conf’ 49

lundi 12 novembre 2012, par Conf 49

Des agriculteurs découragés par la baisse de leur revenu malgré le travail important qu’ils doivent fournir, encouragés par certaines sensibilités professionnelles tant économiques que syndicale, ont cru bon de manière anonyme de s’en prendre à 2 grandes surfaces à Beaupréau. Pendant ce temps, les agriculteurs qui ont la chance d’être sur des marchés très porteurs que sont les céréales continuent de bénéficier des soutiens publics de la Politique Agricole Commune sans que des redistributions vers les productions en crises, telle que l’élevage dans notre région, ne puissent s’opérer.

Sous couvert de refus de se voir traduire en justice par l’Europe pour entente illicite, l’agro-alimentaire passe des marchés à la baisse avec la grande distribution plutôt que de défendre les producteurs et leurs coûts de production.

La Confédération paysanne ne veut plus que les éleveurs et les consommateurs soient menés en bateau sans que l’on désigne l’ensemble des responsables de la situation. Certaines GMS sans doute. Mais aussi les opérateurs économiques et les décideurs : ETAT ET CO-GESTIONNAIRE DES POLITIQUES AGRICOLES qui semblent toujours refuser une autre répartition des aides européennes, concentrent les moyens de productions et conduisent progressivement les agriculteurs à abandonner l’élevage pour les grandes cultures.

Les emplois directs et indirects de l’élevage sont menacés par ces politiques aveugles si nous n’y prenons pas garde. Déjà certains abattoirs proches de nous sont en réduction d’activité. Nous savons que lorsque qu’une exploitation s’arrête, il y a systématiquement un emploi indirect qui disparait. Il est temps de défendre une agriculture et des fermes à taille humaine, des systèmes de production autonomes et transmissibles qui favorisent l’emploi en agriculture, par ailleurs non délocalisable, plutôt que le capital.

Contact : Jean-Claude Besnard, porte-parole, 06.07.76.21.10 Bernard Poinel, élu Chambre d’agriculture, 06.67.22.86.44

Site Internet financé avec le soutien du Conseil Régional des Pays de la Loire

Conseil Général des Pays de Loire
Confédération Paysanne des Pays de Loire