FLASH INFOS }
dept. 53 : Schéma régional des structures : toujours plus... - dept. 53 : Interpellation G.Garot vendredi 11h00 ! - dept. 53 : AG ADEARM : le jeudi 22 mai - dept. 53 : L’ADEARM recrute ! - dept. 53 : Soirée projection débat sur la transmission le jeudi 3 octobre à Château-Gontier - dept. 53 : Planète en Fête : la conf parle de la PAC - dept. 53 : covoiturage Mayenne 11 mai NDDL - dept. 53 : l’ADEARM recrute ! - dept. 53 : En 2013 : Le Programme « Agriculture Paysanne » continue en Mayenne ! - dept. 53 : A l’heure du débat sur la transition énergétique, il est temps de reparler de l’éolien ! -
  • Indice des fermages 2016 : baisse de 0.42 % Indice des fermages 2016 : baisse de 0.42 %
  • Les cafés installation à venir en Loire Atlantique Les cafés installation à venir en Loire Atlantique

    04/04 Guérande 11/04 Nantes 09/05 Châteaubriant

menu Actualités Syndicalesmenu Agriculture Paysannemenu Transmission Installationmenu Publicité Foncière
Accueil site > Flash Infos > Une AG dynamique !

Une AG dynamique !

mercredi 18 juin 2014, par animation53

Petit résumé de l’assemblée générale de l’ADEARM du 22 mai 2014

Un débat mouvant pour commencer

L’assemblée générale de l’ADEARM a eu lieu le 22 mai, l’après-midi d’un comité. Après la classique AG statutaire, un débat mouvant a permis d’introduire l’après-midi et de délier les langues.

3 phrases "chocs" ont été posées : à chacun de se positionner dans l’espace pour donner son avis "D’ACCORD / PAS D’ACCORD".

  1. Les collectivités peuvent faire évoluer le modèle agricole
  2. Les élus sont sensibles à la problématique de l’installation agricole
  3. C’est une mission des collectivités d’accompagner à la transmission des fermes

Une table ronde pour continuer

Ensuite, nous nous sommes rassemblés autour des 4 élus invités pour discuter du « rôle des collectivités dans l’installation-transmission ».

Sur les communes, plusieurs leviers sont possibles pour favoriser les installations en agriculture paysanne. Selon Marie-Noëlle Tribondeau, maire de Bierné, « le plus compliqué est de convaincre les agriculteurs de vouloir céder. Pour cela il faut les connaître et aller discuter avec eux bien avant la date de départ en retraite. On cherche aussi à favoriser les produits locaux et/ou bio dans nos cantines, ça permet aux producteurs en vente directe d’avoir des débouchés assurés dès le début. Enfin, dans notre commune, on a la chance d’avoir des investisseurs extérieurs qui permettent de maintenir les prix et d’installer des jeunes même si tout est à vendre. »

Daniel Lenoir, maire de Villaines-la-Juhel et Conseiller Général est persuadé que « c’est en maintenant des services sur nos petites communes que l’on favorise la venue des jeunes. De plus, s’il y a de l’activité agro-alimentaire sur place, ça aide aussi au maintien de l’activité agricole. » Mais il pense également que « l’agriculture est une activité hyper administrée, et ça complique les choses car ça rebute les collectivités qui choisissent de peu s’y impliquer. Pourtant, des petits projets d’installation qui n’arrivent pas à se faire financer par les banquiers peuvent être soutenus par une épargne locale dynamisée par la commune », un nouveau levier d’action !

Patrick Gaultier, maire de Renazé, n’est pas du même avis. Selon lui, « il ne faut pas faire porter aux collectivités des choses qu’elles ne peuvent pas ou ont du mal à faire. C’est à l’échelle du département que doivent se prendre les grandes orientations. » Il reconnaît tout de même que certains freins peuvent être levés en « essayant de ne pas prendre de terrains agricoles ou en jouant sur le cahier des charges de la restauration collective de la commune. » Par ailleurs, la commune de Renazé a choisi d’investir dans la CUMA, ce qui permet de maintenir une dynamique agricole et donc des agriculteurs.

Michel Fortuné, maire de la commune du Bourgneuf-le-forêt est lui très impliqué dans l’installation des jeunes et cherche à utiliser tous les leviers possibles pour maintenir un tissu rural actif : « notre plan local d’urbanisme (PLU) priorise l’activité agricole ; les bâtiments agricoles d’aujourd’hui le resteront demain et on favorise la rénovation d’anciens bâtiments plutôt que la construction de lotissements. »

Comme Marie-Noëlle à Bierné, Michel propose aux jeunes installés le dégrèvement sur le foncier durant les 5 premières années d’installation. Il ajoute que sa municipalité « entretient des relations étroites avec la SAFER, ce qui permet de se tenir au courant des différentes transactions foncières ».

Une conclusion amicale

Après ces témoignages enrichissants, plusieurs échanges ont eu lieu avec la salle. hubert CLAUDE, président de l’association a ensuite présenté le rapport d’orientation et l’AG s’est terminée par un pot de l’amitié.

PDF - 66.5 ko
Rapport d’Orientation

Site Internet financé avec le soutien du Conseil Régional des Pays de la Loire

Conseil Général des Pays de Loire
Confédération Paysanne des Pays de Loire