FLASH INFOS }
dept. 53 : Schéma régional des structures : toujours plus... - dept. 53 : Interpellation G.Garot vendredi 11h00 ! - dept. 53 : L’ADEARM recrute ! - dept. 53 : Soirée projection débat sur la transmission le jeudi 3 octobre à Château-Gontier - dept. 53 : Planète en Fête : la conf parle de la PAC - dept. 53 : covoiturage Mayenne 11 mai NDDL - dept. 53 : l’ADEARM recrute ! - dept. 53 : En 2013 : Le Programme « Agriculture Paysanne » continue en Mayenne ! - dept. 53 : A l’heure du débat sur la transition énergétique, il est temps de reparler de l’éolien ! - dept. 53 : Bien dans sa ferme en Mayenne : "Transmettre pour installer" -
  • Indice des fermages 2016 : baisse de 0.42 % Indice des fermages 2016 : baisse de 0.42 %

    SMIC : Montants au 1er janvier 2017 (cas général) smic horaire brut 9.76€ smic brut mensuel (base 35h) 1 480,27 €

  • Les cafés installation à venir en Loire Atlantique Les cafés installation à venir en Loire Atlantique

    13/06 Nantes

menu Actualités Syndicalesmenu Agriculture Paysannemenu Transmission Installationmenu Publicité Foncière
Accueil site > Actualités syndicales > Une Loi de Modernisation Agricole votée pour une agriculture au service de (...)

Une Loi de Modernisation Agricole votée pour une agriculture au service de l’industrie !

jeudi 8 juillet 2010

Avant même que la réforme de la Politique Agricole Commune soit engagée, le Parlement français a adopté le 6 juillet le projet de loi que l’Elysée a voulu imposer au milieu agricole. Pourquoi cette précipitation ?

Le gouvernement devait donner des gages au syndicalisme majoritaire qui s’est senti malmené par le bilan de santé de la PAC, qui n’a pas su comprendre la crise laitière et qui n’avait pas admis que l’on impose à l’agriculture des contraintes environnementales supplémentaires. Il fallait que quelqu’un siffle la fin de la partie, N. Sarkozy l’a fait : fin du Grenelle de l’environnement, bilan de santé revu, et, pour ce qui concerne la LMA, mise en place d’une contractualisation et d’un système assurantiel gérés par des interprofessions aux pouvoirs étendus mais à la composition injustifiable, la moitié des producteurs n’y étant pas représentée. Pendant ce temps, les paysans crèvent, ils disparaissent. Tous les observateurs le disent : dans moins de deux ans, 30% des agriculteurs auront mis la clef sous la porte. La LMA était-elle capable de remédier à cette disparition massive annoncée ? C’est ce que tentent de nous expliquer, ministre en tête, les responsables politiques qui ont élaboré ou voté cette loi dont le maître mot est la compétitivité. Mais cette quête effrénée de la compétitivité, impossible à atteindre si l’on veut préserver les bénéfices sociaux et environnementaux et la qualité des produits européens, nous mène à la destruction de l’agriculture française. Le parlement n’aura dans cette histoire pas fait son travail. Sommé par l’Elysée de voter un texte sans y apporter de modification substantielle, il l’a voté comme un seul homme, faisant mine de consulter les organisations représentatives et d’écouter les paysans qui hurlent leur désespoir dans la rue. La LMA est votée, la France est prête pour que soient démantelés les outils de gestion de la PAC, l’agriculture est prête à passer sous les fourches caudines de l’OMC. Mesdames et messieurs les parlementaires qui avez voté cette loi, vous en porterez la responsabilité.

Site Internet financé avec le soutien du Conseil Régional des Pays de la Loire

Conseil Général des Pays de Loire
Confédération Paysanne des Pays de Loire