FLASH INFOS }
dept. 53 : Schéma régional des structures : toujours plus... - dept. 53 : Interpellation G.Garot vendredi 11h00 ! - dept. 53 : L’ADEARM recrute ! - dept. 53 : Soirée projection débat sur la transmission le jeudi 3 octobre à Château-Gontier - dept. 53 : Planète en Fête : la conf parle de la PAC - dept. 53 : covoiturage Mayenne 11 mai NDDL - dept. 53 : l’ADEARM recrute ! - dept. 53 : En 2013 : Le Programme « Agriculture Paysanne » continue en Mayenne ! - dept. 53 : A l’heure du débat sur la transition énergétique, il est temps de reparler de l’éolien ! - dept. 53 : Bien dans sa ferme en Mayenne : "Transmettre pour installer" -
  • Indice des fermages 2016 : baisse de 0.42 % Indice des fermages 2016 : baisse de 0.42 %

    SMIC : Montants au 1er janvier 2017 (cas général) smic horaire brut 9.76€ smic brut mensuel (base 35h) 1 480,27 €

  • Les cafés installation à venir en Loire Atlantique Les cafés installation à venir en Loire Atlantique

    13/06 Nantes

menu Actualités Syndicalesmenu Agriculture Paysannemenu Transmission Installationmenu Publicité Foncière
Accueil site > Flash Infos > [Vidéos] Un mois de mobilisation des éleveurs de bovins : entre (...)

Blocage des industriels de la viande : Bigard-Socopa Quimperlé, Elivia Lion d’Angers, Bigard-Socopa Cholet

[Vidéos] Un mois de mobilisation des éleveurs de bovins : entre incompréhension et colère

Pour des prix rémunérateurs à la production de viande bovine !

jeudi 16 décembre 2010, par Confédération Paysanne de Vendée

Veut-on encore des paysans producteurs de viande bovine en France ?

La viande bovine ne prend t’elle pas le chemin du secteur ovin ? Depuis des années, les revenus frisent le ridicule et la descente s’accentue depuis 2009. D’un revenu moyen de 20.000 euros en 2006, nous sommes passés entre 8 et 10.000 euros en 2009. La taille des troupeaux et les charges de travail ont souvent doublé en 40 ans, le prix de la viande au détail ayant a contrario augmenté de 50% entre 1990 et 2008 (1).

D’une surproduction pendant de nombreuses années, l’Europe est devenue structurellement déficitaire en viande bovine, avec une autosuffisance de 95 %. Et la flambée des cours du blé risque d’inciter beaucoup d’éleveurs à se tourner vers les céréales sur leurs fermes, moins gourmandes en capitaux et travail.

Reportage en Vendée où Gilbert Quillaud et Chritian Drouin, paysans de la Confédération Paysanne s’expriment sur la situation difficile des éleveurs :


Le revenu des éleveurs de viande bovine au plus… par confpaysanne85

La concentration s’accentue, au niveau des groupements de producteurs comme à celui des abattoirs. Bigard représente 42 % de l’activité abattage en France, loin devant Elivia et ses 12%. C’est à ces mastodontes de l’abattage que la Confédération paysanne a souhaité demander des comptes.

Le 9 novembre, nous avons bloqué le site Elivia, au Lyon d’Angers, propriété de la puissante coopérative Terrena. De la rencontre avec la direction ressort : concurrence internationale, poids énorme de Bigard qui fixe les prix du marché, faible rentabilité de l’abattage… Discours maintes fois entendus. Nous obtenons un rendez-vous avec Loïc Gouello, médiateur tout juste nommé par le ministre de l’agriculture Bruno le Maire dans le conflit de la viande.

Coup de théâtre ce même jour : l’interprofession décide de lever les blocages des abattoirs du groupe Bigard. La FNB/Fnsea crie à la victoire syndicale : 2 à 5 cts d’euros par kg de carcasse arrachés de « haute lutte » ! Tous les syndicats s’étaient pourtant accordés pour dire que 60 cts d’euros étaient le minimum nécessaire pour sortir de l’eau les producteurs de viande. L’incompréhension et la colère sont totales chez les paysans.

Pourtant la FDSEA crie victoire.

Une attitude incompréhensible pour nous à la Confédération Paysanne : Joël Limouzin, président de la Fédération Régionale des Syndicats d’Exploitants de l’Ouest, assez naïvement, semblait croire à la hausse de 5cts/kg annoncée par Bigard. Il espérait que le dispositif mis en place permettrait, dans les semaines suivantes, d’atteindre l’objectif des 60 cts supplémentaires par kilo de carcasse de viande bovine !

Voir la position de la FDSEA sur TV Vendée :


Accord sur le prix de la viande (Vendée)
envoyé par TVVendee. - L’info video en direct.

Ces espérances nous ne les avons jamais constatées. La hausse de 5 cts fût une véritable mascarade. 5cts une semaine et depuis une baisse continuelle. Les trésoreries des exploitations sont catastrophiques et la détresse dans les campagnes, immense.

Dénonçant cet accord bidon, les Confédérations Paysannes de Bretagne, Pays-de-Loire, Poitou-Charentes et Limousin décident alors d’appeler les paysans ulcérés à bloquer le siège social de Bigard, à Quimperlé (Finistère).

Nous serons plus d’une centaine sur le site le 16 novembre et la nuit suivante. Rencontre avec la direction qui tient toujours le même discours : lois du marché, concurrence, faible rentabilité de l’abattage, inadéquation entre l’offre et la demande… Nous affirmons que les paysans ne peuvent plus être les variables d’ajustement. Des éclaircissements de la part de Bigard nous confirment que le pseudo-accord est une mascarade. En prime, Bigard ne veut pas de transparence des marges, pas plus que de contractualisation. Il demande seulement que l’Etat désengorge le marché en retirant 3000 carcasses/semaine pendant 15 semaines. Libéraux oui, mais avec l’argent du contribuable.

Le lendemain, une délégation de la Confédération Paysanne est reçue à Angers par le médiateur qui écoute nos revendications : augmentation de 0,60 euros du kg au plus tard le 15 décembre, solde de la PMTVA (40 % ) payé immédiatement, année blanche pour les prêts, un observatoire des prix et des marges qui aboutissent rapidement à une répartition équitable de la valeur ajoutée.

Le19 décembre, Bruno Le Maire accepte de nous rencontrer. Nous répétons nos revendications, réaffirmant l’ultimatum du 15 décembre, sans quoi nous appellerons à un blocage massif : l’approche des fêtes est une période d’intense activité pour les abattoirs.

Voir l’interview de la Conf’ par la France Agricole avant la rencontre avec le ministre

Il nous faut maintenir la pression d’ici là. L’heure n’est plus aux promesses non tenues de la part des pouvoirs publics et des abattoirs.

Est-ce de l’impuissance ou bien une volonté de faire disparaître une partie des éleveurs de viande bovine ?

La rencontre de la Conf avec le médiateur, le 2 décembre, ne laisse aucun espoir aux producteurs de viande bovine.

Aucune mesure n’est envisagée pour leur venir en aide. « Il n’est pas possible de verser le solde des PMTVA 2010 par anticipation ; le coût pour l’Etat d’une année blanche sur les annuités de prêt serait trop élevé, etc, etc …. »

Mais par contre, aider les industriels de la filière par des mesures de désengorgement du marché, ça c’est possible. Incidence prévisible sur les cours : aucune ! Plutôt que soutenir ceux qui subissent la crise, l’Etat préfère en soutenir les responsables, alors même qu’ils engrangent des profits énormes, à l’image des banques dans la crise financière.

L’ultimatum du 15 décembre approche. Rien ne se dégage à l’horizon.

L’absence de réponse de la part du gouvernement et des abattoirs ne nous laisse pas le choix. Les producteurs doivent poursuivre le rapport de force avec les acteurs de la filière et les pouvoirs publics.

Mobilisation à l’abattoir Charal de Chollet

La Confédération Paysanne des Pays de la Loire a bloqué dès dimanche 12 Décembre au soir l’accès à l’abattoir Charal de Cholet (Maine-et-Loire).

Reportage de France 3


Blocage de Charal par la Conf’ le 13-12-10
envoyé par confpaysanne85. - L’info internationale vidéo.

Le lundi 13, en début d’après-midi, nous avons dû lever un des trois points de blocage de l’usine. Nous avons vu arriver une centaine de membres de l’encadrement envoyée par la direction générale, décrit le syndicaliste. Ils sont venus nous dire que nous les empêchions de travailler mais nous n’avons pas voulu nous opposer à eux.

En début d’après-midi, les éleveurs se sont rendus au marché aux bestiaux de Cholet pour empêcher la commission de cotations d’avoir lieu.

Il n’y a pas eu de cotations aujourd’hui à Cholet, nous avions décidé de venir ici car les acheteurs du groupe Bigard avaient des consignes pour une nouvelle baisse des cours.

Les photos de la journée :

Reportage de TV Vendée :


Blocus de l’abattoir : Ça rale ! (Vendée)
envoyé par TVVendee. - L’info video en direct.

Reprise du blocage de l’usine le 14 et dénouement en fin d’après-midi

La levée du blocage de l’entreprise Charal à Cholet s’est faite mardi 14 en fin d’après-midi avec l’engagement du Ministère de l’agriculture d’organiser une table ronde avec tous les intervenants de la filière (grande distribution, industriels de la viande et l’ensemble des représentants des éleveurs), sous l’égide des pouvoirs publics, afin d’assurer une répartition des marges plus équitable entre ces différents acteurs.

Charal s’est engagé à contribuer à défendre cette filière en participant aux travaux qui seraient entrepris sur cette problématique.

Reportage de France 3 Le 14 à Charal :


Levée de camp à Charal le 14 Déc 10
envoyé par confpaysanne85. - L’info video en direct.

La Confédération Paysanne sollicite auprès du ministère une véritable table ronde représentative et équitable afin de parvenir à une juste rémunération du travail des éleveurs.

Suite à l’occupation par la Confédération Paysanne de l’abattoir Charal à Cholet, le Directeur de Cabinet du Ministre de l’agriculture, M. Bournigal, a reçu avec le médiateur, M. Loïc Guelo, et Mme Brimbaum, de la DGPAAT, une délégation de la Confédération Paysanne.

Pour cette fin d’année, les données de l’observatoire des prix et des marges doivent sortir ainsi qu’un rapport sur la compétitivité de la filière et un travail d’affinage de la grille de classification pour une meilleure segmentation de la filière et une proposition de contractualisation entre la filière végétale et la filière animale afin de lisser pour les éleveurs le coût de l’alimentation.

Au regard de l’ensemble de ces éléments et de la situation des marchés toujours déprimés, nos interlocuteurs ont bien compris l’intérêt d’une telle table ronde qui permettrait au Ministre, en s’attaquant aux marges excessives de la transformation et de la grande distribution, de donner de l’espoir et d’envoyer un message positif aux éleveurs.

L’Etat a pris conscience de la nécessité d’aboutir pour que les éleveurs aient un revenu relatif à leur activité agricole, ce qui le place dans un devoir de résultat et non plus d’un simple devoir de mise en œuvre.

Au-delà de cet engagement de travail à long terme, un plan d’urgence global à la hauteur des besoins est nécessaire pour améliorer la situation des éleveurs :

  • des reports d’annuités et des aménagements des cotisations sociales,
  • le versement anticipé du solde de la PMTVA,
  • un rattrapage des prix d’au moins 60 centimes /kg de carcasse,
  • l’engagement ferme des pouvoirs publics à encadrer les négociations entre éleveurs et abatteurs afin de rétablir un rapport de force équilibré entre les deux parties.

Force est de constater, une fois de plus, que sans l’engagement des pouvoirs publics, les éleveurs ne pourront qu’être soumis aux règles faussées du marché dont ils sont les seuls à faire les frais.

Si au 10 janvier, la table ronde n’est pas programmée, la Conf remettra le couvert.

Christian Drouin, responsable de la commission Viande Bovine de la Confédération Paysanne de Vendée, éleveur de bovins viande.

(1) source UFC Que Choisir Encadré Bigard en chiffres : 530.000 tonnes de viande en 2008, dont 345.000 de viande bovine et 159.000 de viande porcine. 10.000 employés en France 17 sites industriels et 4 sociétés filiales, dont Charal, sa marque vedette. 2,5 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2008

Contacts des représentant syndicaux : Gérard DURAND (44) : 06.80.72.32.74 Christian DROUIN (85) : 06.11.62.06.00. Bernard BILLY (79) : 06.78.60.07.53 Vincent PENNOBER (29) : 06.17.37.52.61 Jean-Claude BORE (49) : 06.86.43.77.61.

Les articles dans la presse :

PDF - 1.6 Mo
Ouest France - A son tour la Confédération Paysanne bloque l’usine Charal du groupe Bigard Socopa

La France Agricole

Ouest France

Site Internet financé avec le soutien du Conseil Régional des Pays de la Loire

Conseil Général des Pays de Loire
Confédération Paysanne des Pays de Loire